La perte nutritionnelle dans nos fruits et légumes

Vitamines (A, B, C, etc), Minéraux (calcium, magnésium, fer, potassium, etc), Oméga 3, Enzymes… Les nutriments sont les matériaux de construction de notre santé : ils sont donc indispensables à la santé de notre organisme et à sa longévité !

Plusieurs études montrent aujourd’hui la faiblesse des fruits et légumes en nutriments. En d’autres termes : notre nourriture est dénaturée et vidée de ses éléments nutritifs !

Alors qu’une pêche suffisait il y a 50 ans à apporter la quantité suffisante de vitamine A, il faudrait aujourd’hui en manger une vingtaine ! On peut donc se demander où sont passées toutes ces vitamines ? Voici quelques réponses sur un sujet choc !!

Que contiennent les aliments ?

Les aliments que nous mangeons apportent deux groupes de nutriments :
les macronutriments et les micronutriments.

Le groupe des macronutriments (nutriments essentiels) fournit les calories et l’énergie :

  • Protéines (acides aminés)
  • Glucides (sucres)
  • Lipides (graisses)
  • Fibres alimentaires

Le groupe des micronutriments sont indispensables à la bonne assimilation, transformation et utilisation des macronutriments. Ils ne peuvent être fabriqués par l’organisme et doivent donc impérativement être apportés par une alimentation variée, équilibrée et de bonne qualité :

  • Vitamines (A, B, C, etc)
  • Minéraux (fer, calcium, magnésium, phosphore, potassium, etc)
  • Oligo-éléments (sélénium, cuivre, zinc, fluor, chrome, etc)
  • Acides gras essentiels (Oméga 3, 6 et 9)
  • Acides aminés (l’association de plusieurs acides aminés forme les protéines)

« Manger au moins 5 fruits et légumes par jour »

Le Programme National Nutrition Santé recommande de « Manger au moins 5 fruits et légumes par jour ». Demain, il faudra peut-être en manger 30, 40, peut-être 50… En tout cas, vu l’état de notre nourriture, c’est ce vers quoi nous nous dirigeons.

Les aliments d’aujourd’hui semblent montrer quelques signes de faiblesse.

Prenons le cas d’une orange. L’orange des années 2000 aura sûrement un meilleur aspect et sera plus attirante visuellement que l’orange des années 50. Oui, mais est-elle aussi belle à l’extérieure qu’à l’intérieur ? Malheureusement la réponse est NON ! L’orange « moderne » contient cinq fois moins de fer ! Et pareil pour les pêches ! On appelle cela une perte de « densité nutritionnelle ». Mais qu’est-ce que c’est ?

La perte de « densité nutritionnelle »

La densité nutritionnelle est la comparaison entre la quantité de nutriments contenus dans un aliment (vitamines, minéraux, etc.) et le nombre de calories.

Par exemple, une pizza ou des chips ont une très faible densité nutritionnelle comparés à des brocolis ou des lentilles. Les premiers apporteront des calories, mais des calories qu’on appelle des « calories vides » (=sans nutriments, des calories qui ne servent à rien pour l’équilibre de l’organisme, seulement à nous faire grossir…)

Prenons l’exemple de la vitamine A

Depuis plus de 50 ans, quelques chercheurs s’occupent de calculer le contenu nutritionnel de notre nourriture. Nous connaissons l’importance des glucides, protéines et lipides, mais n’oublions pas les micronutriments : vitamines, minéraux, oligo-éléments, acides aminés et autres, qui sont indispensables à notre santé !

A ce propos, dans les années 50, pour avoir les « apports journaliers recommandés » (AJR) d’une personne en vitamine A, il suffisait de manger :

  • 1 banane
  • 1 orange
  • 1 pêche

Aujourd’hui, dans les années 2000, pour avoir cette même quantité de vitamine A, il faudrait manger :

  • 5 bananes
  • 10 oranges
  • 26 pêches

C’est ce que révèle une étude menée au Canada en 2002 et publiée par le premier quotidien du pays, The Globe and Mail, et la chaîne de télévision CTV News. Cette étude compare les tableaux de nutriments publiés à différentes époques, avec les taux de vitamines et minéraux contenus dans 25 fruits et légumes.

Les résultats sont inquiétants ! En ½ siècle, la pomme de terre a perdu 100% de sa vitamine A ! Plus de la moitié de sa vitamine C et de son fer, et ¼ de son calcium… La vitamine A qui est un nutriment indispensable au développement des cellules, à la santé de la peau et au participe au bon fonctionnement du système immunitaire.

Presque 80 % des aliments testés ont leur teneur en calcium et en fer qui a fortement baissée.

Pourquoi ce phénomène ?

Les méthodes agricoles sont mises en cause :

  • L’utilisation intensive de pesticides et herbicides
  • Les excès d’engrais, qui accélèrent la croissance de la plante en diminuant proportionnellement la fixation des micronutriments
  • Les techniques intensives qui épuisent les sols d’année en année, qui fait diminuer la teneur global en nutriments dans certaines zones
  • Les traitements de conservation et les rallongements du temps de transport :
    • Un aliment parcourt en moyenne 2 500 km avant d’être consommé !
    • Cueillis trop tôt, certains fruits n’ont pas le temps de se développer au soleil et ainsi de développer les nutriments liés à l’ensoleillement.
    • Les polyphénols et les anthocyanines par exemple, sont des composants qui nous protègent contre le cancer ou la dégradation des cellules du cerveau.
    • Concernant les pommes et abricots cueillis encore verts, leur taux de vitamine C est proche du zéro !!

Nos modes alimentaires sont également mis en cause :

  • La pratique de sélection des plantes selon leur rendement : les agriculteurs préfèrent les plantes qui poussent vite, qui produisent beaucoup et qui ont une belle apparence. Mais plus le rendement est élevé, moins la plante a le temps d’absorber des oligo-éléments dans la terre, et moins elle contient de nutriments.
  • Nos régimes alimentaires sont pauvres en nutriments : 70% de ce que nous mangeons provient de produits industriels, pauvres en vitamines. Les aliments contiennent des quantités élevées de sucre et de gras et très peu de nutriments par calorie, c’est ce que l’on appelle les « calories vides ».
  • Il s’agit d’un « paradoxe moderne unique » : en même temps, nous mangeons trop (en calories) et restons sous-alimentés (en nutriments). Près d’1 milliard de personnes souffrent de faim dans le monde, et plus de 3 milliards (soit la moitié de la planète) ont une déficience en nutriments !
  • Les conséquences :
    • Anémie (carence en fer)
    • Cécité (carence en vitamine A)
    • Entre autres…

L’étude Suvimax menée en France de 1994 à 2003 a testé les effets d’une supplémentation nutritionnelle quotidienne en vitamines et minéraux antioxydants. A la fin des 9 ans, on observe chez les hommes une diminution de 31% du risque de cancers et une diminution de 37% du risque de décès.

 

Pour se développer et fonctionner au mieux, les humains ont besoin d’une diversité d’aliments et de nutriments dans leur alimentation. Notre système immunitaire ne fonctionne pas de manière optimale quand nous sommes déficients en certains nutriments.

Notre capacité à éviter les maladies, du cancer au simple rhume, est compromise.  (Brian Halweil)

 

Je ne sais même pas si ces aliments nous nourrissent encore…

Mais y’a pas à dire… Les nutriments sont indispensables pour une bonne santé ! Depuis le temps que je vous le dis 😉

Certains contenus sont tirés du site Basta! (Agence d’informations sur les luttes environnementales et sociales)

Les bienfaits de l’Aloe vera : un complément alimentaire de qualité

L’Aloe vera renforce les défenses naturelles, rétablit les carences alimentaires et fortifie l’organisme par son action intérieure.

Sa pulpe est particulièrement riche en vitamines, minéraux, oligo-éléments, acides aminés et enzymes. Elle contient 10 vitamines, 11 minéraux, 10 enzymes, et 18 des 22 acides aminés présents dans le corps humain, dont 7 des 8 acides aminés essentiels (c’est-à-dire ceux que notre corps ne peut fabriquer) et 11 des 14 acides aminés secondaires [voir Composition de l’Aloe vera].


Cet article vous a plu ?

Que pensez-vous des fruits et légumes d’aujourd’hui ? Réagissez à cet article en laissant un commentaire.