Les probiotiques et prébiotiques pour une bonne santé intestinale !

Comment refaire la flore intestinale quand celle-ci a été détériorée par des problèmes digestifs chroniques, par l’alimentation moderne ou encore par la prise d’antibiotiques ? Reconstruire la microflore intestinale est indispensable pour une bonne santé…

Entretenir sa flore intestinale

Nous avons vu dans l’article précédant « La santé vient du ventre » que notre flore intestinale est peuplée de milliards de bactéries. Mais comme dans tout, il y a du bon et du moins bon… Les « bonnes » et les « mauvaises » bactéries ! Voyons ceci en détail.

Les mauvaises bactéries

Certaines espèces opportunistes ou pathogènes sont susceptibles de déclencher des problèmes de santé de tous ordres, de type allergies, mycoses et certaines maladies.

Parmi les mycoses, la candidose provoquée par Candida albicans est redoutable car la prolifération de ce germe dans l’organisme provoque une altération de l’immunité qui ouvre la porte à d’autres affections dont le cancer.

Les bonnes bactéries

D’autres espèces ont un effet positif sur notre santé (et pour la vie en général) : on les appelle les « probiotiques » (qui veut dire « favorables à la vie »).

Forever Active Probiotic 30 capsules (ref.222)

Forever Active Probiotic (réf.222)

Les probiotiques, c’est la vie !

Les probiotiques stimulent le système immunitaire, réduisent les allergies, apaisent les inflammations de l’intestin, empêchent la production de toxines qui surchargent le foie, améliorent le transit intestinal, réduisent les flatulences, préviennent les troubles du transit (constipation, diarrhée), etc.

=> Notre défi est donc d’empêcher les espèces pathogènes de se développer (causes d’affections), et de favoriser les bonnes bactéries par l’implantation de bonnes espèces, et par des « engrais » adaptés.

Quelles sont les mesures à prendre pour entretenir votre flore intestinale ?

Voici les mesures à prendre qui vous permettront de renforcer votre système immunitaire, augmenter votre vitalité et améliorer votre bien-être.

Réduire les aliments sucrés

Les Français consomment en moyenne 40 kg de sucre par an, soit un peu plus de 100 g/jour. Ce chiffre est dangereusement élevé, car il devrait être réduit au minimum des trois quarts ! C’est-à-dire descendre en dessous de 10 kg par an !

Tous les aliments sucrés, et même ceux qui se transforment rapidement en sucre simples (type jus de fruit), favorisent la prolifération d’une flore fongique (=champignons), et fragilise l’immunité de l’organisme : risque de diabète, d’obésité, d’accidents cardiovasculaires et de tous types de cancers.

Aujourd’hui, les médecins n’ont plus de doute sur la relation entre une forte consommation de sucre et l’accélération des cellules tumorales (l’hyperglycémie transformée en hyper-insulinémie provoquerait la formation de tumeur cancéreuse).

Réduire les viandes, fromages et graisses saturées

Il en est de même pour les aliments tels que la viande, les fromages et les graisses, qui doivent être consommés avec modération, car susceptibles eux aussi de provoquer une rupture de l’équilibre de la flore intestinale.

Or, depuis les années 1950, la consommation de ces aliments n’a pas cessé de croître avec le développement incessant de ce que l’on appelle les maladies de civilisation : troubles cardiovasculaires, digestifs, métaboliques, nerveux, ostéoarticulaires, etc.

Favoriser les fruits, légumes et céréales complètes !

On ne le répètera jamais assez, mais donnez la priorité aux fruits, légumes et céréales complètes ! Mais également aux baies, noix, amandes et poissons gras (type saumon, maquereau, sardines) riches en précieux nutriments (collagène, minéraux, vitamines et acides gras omega-3).

Pour résumer…

  • un peu de viande
  • un peu de de produits laitiers (surtout au lait de chèvre et de brebis)
  • des fruits, légumes, céréales complètes et fruits secs
  • des huiles végétales (préférence à l’huile d’olive, de noix et de colza)
  • moins de graisses saturées
  • et très peu de sucreries…

N’oubliez pas les fibres : les « prébiotiques »

L’alimentation moderne est beaucoup trop pauvre en fibres ! Et trop riche en viandes, fromages, graisses et sucreries…  Si les fibres alimentaires ne sont pas des nutriments essentiels à notre organisme, elles sont indispensables à l’entretien de notre flore intestinale qui s’en nourrit pour protéger et régénérer les intestins (=centre de la santé).

On recommande 25 à 30 grammes de fibres alimentaires par jour. Pour savoir quelle quantité de fibres alimentaires contient une portion du produit, consultez le tableau des valeurs nutritives qui se trouve sur son emballage.

Certaines fibres stimulent de façon ciblée la croissance des « probiotiques » (les bonnes bactéries) de l’écosystème intestinal. On les appelle les « prébiotiques ».

Notre flore intestinale se nourrit de fibres, il faut donc lui en apporter au quotidien :

  • Légumineuses (ou « légumes secs ») : fèves, haricots, pois, lentilles, soja, réglisse…
  • Crucifères : choux, navets, radis, roquette, cresson…
  • Fruits de saison bien mûrs
  • Céréales ancestrales pauvres en gluten : riz, millet, sarrasin, épeautre…

L’ail, l’oignon, la banane, l’asperge, l’artichaut, le poireau et le topinambour sont aussi des sources de prébiotiques.

Bien évidemment les céréales doivent être complètes ! Le riz blanc par exemple est très pauvre en fibres car il a perdu son enveloppe (=source de fibres) par raffinage. N’abusez pas des céréales modernes riches en gluten et autres dérivés…

Préférez les légumes et fruits bio, car ils ne contiennent pas de pesticides (cancérigènes) et de conservateurs, qui affaiblissent la flore intestinale.

Notez aussi qu’il faut éviter les associations féculents + aliments acides car les acides neutralisent l’action de certaines enzymes, avec pour conséquence une production de toxines dans l’intestin :

  • Céréales + agrumes
  • Céréales + légumineuses vinaigrées (ou citronnées)
  • Tomates + riz (ou pâtes)

La mastication est importante

Mâchez suffisamment pour imprégner vos aliments de salive, notamment les aliments riches en amidon (céréales, fruits et légumes).

Une bonne mastication garantit que la première phase de la digestion ait lieu dans la bouche, sous l’effet de l’amylase de la salive (une enzyme), pour éviter une fermentation intestinale qui produirait des toxines.

Le contenu de cet article est tiré de Nature Santé Innovation

Gardez toujours à l’esprit :
« Votre santé dépend aussi de vous ! »

Les bienfaits de l’Aloe vera : une source de prébiotiques

Pulpe d'Aloès stabilisée 1L (ref.15)

Pulpe d'Aloès (réf.15)

1/ Les probiotiques sont des « bonnes bactéries » qui restaurent la flore intestinale. Les principaux probiotiques sont les bactéries lactiques (ou ferments lactiques).

Forever Active Probiotic (ref.222) sont des ferments lactiques rendus disponibles grâce à une technologie exclusive et brevetée. Ils agissent principalement sur le côlon.

2/ Les prébiotiques, quant à eux, sont des fibres solubles qui ont la particularité de ne pas être digérées dans l’intestin grêle, pour servir de nourriture préférentielle aux probiotiques.

L’association des probiotiques avec la Pulpe d’Aloe vera (ref.15) est intéressante, car la Pulpe d’Aloe vera est riche en prébiotiques qui optimisent l’effet des ferments lactiques.

Les prébiotiques sont des polysaccharides, et l’Aloe vera est composée de polysaccharides.
[voir Composition de l’Aloe vera].

 

Vous souhaitez commander F. Active Probiotic et la Pulpe d’Aloès ?

Pour commander les produits à base d’Aloe vera et autres compléments, c’est par ici : Commander.

 

Vous avez aimé cet article ?

Merci de me laisser un commentaire. Si vous avez des soucis intestinaux, essayez une cure de 3 mois de pulpe d’Aloe vera ;)