Aliments riches en fibres

Les peuples occidentaux sont les mieux alimentés, mais aussi les plus mal nourris ! Depuis plusieurs décennies, nous dépouillons notre nourriture de tout élément nutritif. Conséquence : la fragilité de notre appareil digestif…

Cette nouvelle nourriture l’empêche de bien fonctionner. Les menaces ? Un risque de fermentation, voire de pourriture dans l’intestin, qui occasionne fatigue, troubles légers ou maladies.

Notre organisme a besoin d’une nourriture riche en fibres

Malheureusement depuis des siècles, les industriels ont l’air d’ignorer volontairement les conséquences d’un manque de fibres pour l’organisme, et ce que cela entraîne sur le plan digestif.

Savez-vous que les selles sont révélatrices de l’état de santé ?
Dans l’ancien temps, les médecins du monarque, ainsi que sa servante attitrée, devaient examiner ses selles quotidiennes pour contrôler son état de santé.

Aujourd’hui, les professionnels de la santé (médecins, nutritionnistes) sont convaincus que l’origine des maladies sont le mauvais fonctionnement d’un intestin fatigué.

L’importance de la digestion

Tout d’abord, faisons un petit rappel du rôle de l’appareil digestif (ou tube digestif). C’est quoi déjà ?

C’est l’ensemble des organes qui transforment la nourriture pour en extraire de l’énergie et des nutriments, et évacuer le surplus en matière fécale. Quand on mange, les aliments sont mâchés et transformés en grosses molécules. Elles sont ensuite transformées en molécules suffisamment petites (= nutriments) capables de passer dans la circulation sanguine, pour ensuite être distribuée à toutes les cellules du corps. Le reste est ensuite éliminé par le corps sous forme de déchets (= selles).

L’appareil digestif se compose des organes suivants : tout d’abord les aliments passent par la bouche, puis continuent dans l’œsophage, l’estomac, puis terminent dans les intestins. Ces derniers sont divisés en deux parties : l’intestin grêle et le gros intestin (ou côlon), qui lui-même est composé du rectum qui se termine par l’anus. Voilà, nous avons suivi le trajet des aliments que nous mangeons tous les jours.

Deux autres organes, comme le foie et le pancréas, sécrètent des sucs digestifs qui sont déversés dans l’intestin grêle. Bien d’autres facteurs (les nerfs, le sang) jouent également un rôle important dans le processus de digestion des aliments.

Les fibres sont favorables à une bonne digestion

Les fibres alimentaires sont les parties d’origine végétale non transformées par la digestion.

En effet, elles ont la particularité d’arriver quasiment intactes dans le côlon, où elles retiennent l’eau. Elles contribuent ainsi à augmenter le volume et le poids des selles, diminuer le temps de transit au niveau du côlon et stimuler les contractions de l’intestin. Les fibres favorisent aussi l’activité bactérienne dans le côlon, une façon de stimuler encore la digestion.

Enfin, qu’elles proviennent des céréales, des fruits ou des légumes, les fibres accélèrent la sensation de satiété, ce qui incite à manger moins mais mieux, et ainsi à prévenir la prise de poids.

Un manque de fibres va épuiser l’organisme et causer des complications

La paresse et/ou la dégradation des muscles du tube digestif causent souvent des complications chroniques (une maladie est dite chronique lorsqu’elle dure longtemps), comme :

  • La colopathie fonctionnelle (affection fréquente due à un mauvais fonctionnement du tube digestif) : la maladie commence en général entre 30 et 50 ans et touche plus de femmes que d’hommes. Elle peut se manifester par des douleurs abdominales, des ballonnements, une diarrhée ou une constipation, sans que l’intestin ne présente aucune lésion visible.
  • La colopathie sporadique (affection qui se produit de manière irrégulière) : comme le fécalome (accumulation de matières fécales stagnant dans le rectum) ou le cancer du côlon. Environ 90 % des cancers du côlon et du rectum sont sporadiques. Leur incidence augmente régulièrement avec l’âge.

Voici quelques maladies ou modes de vie qui peuvent endommager la motricité des muscles du tube digestif :

  • La sédentarité (mode de vie caractérisé par très peu de déplacements)
  • Labsence d’activité physique
  • Les mauvaises habitudes alimentaires
  • La vieillesse
  • Lanisme (dysfonctionnement des muscles contrôlant les contractions de l’anus)
  • La laxophobie (affection inflammatoire nerveuse pouvant toucher tout le tube digestif, où le patient a une peur bleue d’être pris de grosses diarrhées en public)
  • Les troubles psychiques, comme l’anorexie mentale (ne pas confondre avec l’anorexie comme pathologie médicale) ou la dépression.

Chez une personne se nourrissant exclusivement d’aliments raffinés* (comme le riz blanc, le pain blanc, la farine blanche, le sucre blanc, le sel raffiné, les huiles raffinées, les plats précuits, etc), et consommant peu de fruits et de légumes, ces complications risquent de se renouveler tous les jours, voire même des années…

L’organisme s’épuise :

  • En tentant d’extraire le peu de nutriments restants de cette alimentation dénaturée (=les aliments raffinés).
  • En luttant pour éliminer les résidus accrochés à l’intestin.

Les bienfaits de l’Aloe vera : favorise une bonne digestion

Les problèmes de digestion sont courants, et les fibres alimentaires sont une solution de premier choix pour une bonne digestion. Elles sont indispensables au bon fonctionnement du transit intestinal ! Une bonne digestion permettra une meilleure assimilation des nutriments dans l’organisme.

L’anthraquinone contenu dans l’aloès, les feuilles de séné ou le rhizome de la rhubarbe, sont utilisés comme laxatif car ils stimulent l’intestin grêle et augmentent les contractions du côlon.
(De façon prolongée, l’anthraquinone contenu dans la feuille d’Aloe peut être toxique. Il est préférable de manger ou de boire uniquement le gel d’Aloe vera, qui lui, n’a aucune toxicité).

La pulpe (ou gel) d’Aloe vera est particulièrement riche en acides aminés, oligo-éléments, vitamines et enzymes. Source de santé et de bien-être, elle contient plus de 200 nutriments dont certains sont indispensables à l’organisme [voir Composition de l’Aloe vera].

Une étude menée par le docteur Jeffrey Bland a démontré que la pulpe d’Aloe vera améliore :

  • La digestion
  • L’absorption des éléments nutritifs
  • L’élimination

N’oublions pas que le centre de notre santé se trouve au niveau du ventre ! Je ferais d’ailleurs un article sur ce sujet, concernant le livre Tout vient du ventre (ou presque).

Notre alimentation quotidienne, qualitativement appauvrie, peut donc être sensiblement rééquilibrée par l’apport de pulpe fraîche d’Aloe vera dans notre ration journalière. Soyons plus attentifs à ce que nous mangeons pour protéger notre santé !


Vous avez aimé cet article ?

Merci de partager cet article sur les réseaux sociaux, et réagissez en laissant un commentaire !